Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre du Crocodile

La Lettre du Crocodile

Chroniques littéraires dans les domaines de l'initiation, des philosophies de l'éveil et des avant-gardes : Franc-maçonnerie, hermétisme, bouddhisme, shivaïsme, surréalisme, pensée contemporaine...


Percy John Harvey

Publié le 15 Décembre 2013, 09:10am

Percy John Harvey

La parution presque simultanée de trois ouvrages de Percy John Harvey chez MdV Editeur est l’occasion de revenir sur cet auteur maçonnique qui a publié près d’une dizaine de livres chez cet éditeur.

Il y a chez Percy John Harvey une méthodologie particulièrement efficace, basée sur l’iconographie et un souci constant de pédagogie. L’iconographie très riche et les diagrammes qui explicitent le propos aident à l’intégration des représentations du procès initiatique par le lecteur et autorisent un questionnement nécessaire. Le propos est concis afin de cerner l’essentiel. Muni de ces repères qui balisent le cheminement, le lecteur est libre d’explorer les chemins buissonniers sans se perdre.

La Franc-maçonnerie expliquée par l’image, T1 : Le grade d’Apprenti de Percy John Harvey, MdV Editeur.

Ce livre inaugure une trilogie consacrée aux trois grades bleus, Apprenti, Compagnon, Maître. Dès les premières pages, l’auteur pose les fondements de l’initiation maçonnique qui dit-il propose à la fois une métanoïa et une palingénésie. Ce propos mérite d’être attentivement soutenu car son incompréhension rend stérile le symbolisme qui ne peut alors être mis en œuvre.

« L’initiation maçonnique se conçoit, écrit Percy John Harvey, selon deux principes fondamentaux qui déterminent le Rite permettant d’aller vers un renouvellement de l’homme, afin qu’il chemine vers ce qu’il « est » :

Le premier est fondé sur une métanoïa (une conversion) et une renaissance symbolique (ou une seconde naissance) du postulant, après un retour métaphorique à ses origines par un regressus ad uterum. Par conversion, il faut entendre « se tourner vers autre chose ». C’est la fonction de l’initiation au 1er degré.

Le second est fondé sur le principe de la palingénésie (la régénération), qui implique une résurrection symbolique du nouveau Maître, après être passé par une mort rituelle nécessaire (ou une première mort). Le mot résurrection doit être ici entendu au sens d’un redressement, en remettant l’homme mort dans sa « verticalité » naturelle. C’est la fonction de l’initiation au 3ème degré. »

Dans cette perspective, mythe, symboles et rite sont les outils d’une connaissance acquise graduellement. Puisant dans la tradition égyptienne, la tradition salomonienne, l’hermétisme, l’alchimie, la peinture, l’auteur décline les différents usages des symboles du grade, dans leurs contextes philosophique, opératif, cosmogonique ou autre. Il propose aussi des liens originaux qui enrichissent le propos plus « académique », par exemple avec une analyse des trois représentations de Marie-Madeleine peintes par Georges de La Tour qui font pour lui écho au vécu du récipiendaire dans le cabinet de réflexions.

Le lecteur trouvera donc cet ouvrage le matériau classique indispensable au travail maçonnique mais aussi une mise en perspective culturelle qui enrichit considérablement l’expérience.

Les Hauts Grades Maçonniques. Les grades de vengeance, Tomes I et II, collection Les Symboles Maçonniques, MdV Editeur.

Deux nouveaux titres viennent compléter cette collection, désormais conséquente, de petits livres consacrés au symbolisme. Percy John Harvey s’intéresse cette fois aux grades de vengeance dont la fonction peut dérouter. Le tome I concerne Le Maitre Elu des Neuf et le tome II L’Illustre Elu des Quinze et Le Sublime Chevalier Elu.

Le cheminement du Maître dans les degrés de Perfection du Régime Ecossais Ancien et Accepté le conduit au cœur de différents drames. De la vengeance personnelle à la justice salomonienne, il s’agit d’une conquête d’individuation initiatique et aussi d’un processus de deuil :

« Arrivé aux 9e et 10e degrés, il s’agit d’éliminer les obstacles intérieurs du Maître Maçon par la « réparation » symbolique de l’assassinat d’Hiram en châtiant les trois criminels. Le 9e degré correspondait à la vengeance de Johaben, incarné par le Maître Elu des Neuf, qui assouvit sa soif de vengeance en tuant Abhiram, symbole de l’Ignorance. Alors qu’au 10e degré, l’Illustre Elu des Quinze, incarné de nouveau par Johaben, participe à la vengeance de Salomon qui, cette fois, s’accomplit dans le cadre d’une justice royale. »

Le grand intérêt de ce travail est la corrélation établie par l’auteur entre les gestes maçonniques et les centre du corps énergétique de l’homme. Autre point important, celui consacré à la décapitation et à l’acéphalité, qui peut être comprise comme châtiment et humiliation ou comme ouverture infinie à l’esprit.

MdV Editeur, 16 bd Saint-Germain, 75005 Paris, France.

www.mdv-editeur.fr

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents