Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voyage à la légendaire utique de Grasset d’Orcet. Editions L’œil du Sphinx, 36-42 rue de la Villette, 75019 Paris – France.

www.oeildusphinx.com

 

Claude-Sosthène Grasset d’Orcet (1828 – 1900) est un personnage étonnant, aux multiples facettes. L’une de ses grandes passions fut l’archéologie. Les Editions L’Oeil du Sphinx, qui se sont spécialisées entre autres dans la publication des œuvres très diverses de Grasset d’Orcet, nous propose un ouvrage original, parfois étrange qui rend compte des fouilles archéologiques qu’il a menées en Tunisie, un épisode méconnu de sa vie aventureuse.

L’ouvrage fut publié sous le nom de Comte d’Hérisson mais le style si caractéristique de Grasset d’Orcet ne laisse aucun doute sur l’identité réelle de l’auteur.

 

Michel Aulonne, dans une précieuse introduction, clarifie les circonstances de ces recherches archéologiques et de la rédaction de ce rapport. Nous y apprenons que Maurice d’Irisson (1839 – 1898), après une belle carrière devient comte romain d’Hérission acheta en 1873 le château d’Hérisson dans le Bourbonnais. Il se lia d’amitié avec Grasset d’Orcet. Le contexte politique et culturel de l’époque conduisit les deux amis à envisager une expédition dans des contrées peu explorées de Tunisie qui fut financée par un groupe de commanditaires rassemblés par le comte. Ces recherches en Utique couvrirent une période allant du 31 janvier 1881 au 31 mars de la même année, trois mois d’aventures fructueuses sur le plan archéologique sans pour autant que des pièces exceptionnelles ne soient mises à jour. A la suite de l’expédition une exposition et une « Relation », compte-rendu des fouilles, furent organisées par le comte et son ami Grasset d’Orcet.

 

L’exposition souleva des polémiques. Les étiquetages et interprétations de Grasset d’Orcet furent contestées par les spécialistes de l’époque, non sans raison. L’affaire devint même publique et politique. Nos deux compères sauront retourner la situation à leur avantage par, déjà, leur maîtrise des médias.

Parmi les erreurs de Grasset d’Orcet, il y a l’élaboration d’un panthéon uticéen quelque peu fantaisiste, un ensemble aussi fascinant qu’il est scientifiquement faux. L'erreur vient de l’application irréfléchie de sa théorie cryptographique.

« Il est convaincu maintenant, nous dit Michel Aulonne, que la technique du blason, ou du grimoire, s’est pratiquée dans presque toutes les langues, tant anciennes que modernes (…).

Sa théorie s’est révélée inexacte, le grimoire ne peut s’appliquer à toutes les écritures, ses limites se circonscrivent au français, voire au latin et au grec. »

Grasset d’Orcet dut admettre son erreur.

 

Ce livre n’en est pas moins intéressant. Il est un témoignage de la vision de l’auteur sur les civilisations antiques et il contribue à mieux cerner cette personnalité aussi attachante qu’originale.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :