Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre du Crocodile

La Lettre du Crocodile

Chroniques littéraires dans les domaines de l'initiation, des philosophies de l'éveil et des avant-gardes : Franc-maçonnerie, hermétisme, bouddhisme, shivaïsme, surréalisme, pensée contemporaine...


La fin de la civilisation de l'Egypte ancienne

Publié le 21 Avril 2014, 07:30am

La fin de la civilisation de l'Egypte ancienne

Comment a disparu la civilisation de l’Egypte ancienne de Jean-Paul de Lagrave, MdV Editeur.

Jean-Paul de Lagrave, docteur en Histoire et en Lettres, historien des idées rend compte d’une période méconnue de l’histoire de l’Egypte ancienne.

La civilisation égyptienne a perduré jusqu’à la fin du IVème siècle, traversant les occupations grecque puis romaine, préservant ses traditions, ses enseignements et ses cultes. Les bases de la société égyptienne demeurent.

Le 16 juin 391, l’empereur Théodose prononce un édit qui interdit sous peine de mort la pratique du culte égyptien. Par là, il vise l’éradication de la religion traditionnelle égyptienne et une christianisation forcée. C’est par la violence que le patriarche-archevêque Théophile et ses moines fanatiques appelés « les barbes noires » vont détruire, sous la bannière du Christ, les temples et les fidèles d’Alexandrie inaugurant un cycle mortifère qui ne cessera qu’en 551. La civilisation égyptienne plurimillénaire et les mystères égyptiens étaient effacés de la terre d’Egypte laissant libre la place pour l’Islam à venir.

« Tous les génocides que rapporte l’Histoire sont effroyables, mais l’un des plus terribles est sûrement celui des anciens Egyptiens, hécatombe qui jusqu’ici n’avait pas été envisagée comme telle. Systématiquement, en moins d’un siècle, le christianisme a détruit une civilisation plus que trois fois millénaire en organisant le massacre de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fidèles à leur religion traditionnelle et à leur culture. » écrit l’auteur, nous invitant à prendre conscience du drame et donnant ainsi une perspective aux génocides du XXème siècle.

Si le message de l’Egypte ancienne est immortel, s’il a pu jaillir de nouveau des ruines et des vestiges grâce aux investigations des chercheurs, la perte est considérable pour l’humanité. L’évolution humaine n’est pas linéaire et connaît parfois des régressions spectaculaires. C’est le cas de cette période sombre de l’histoire égyptienne. En effet, l’auteur précise :

« Le génocide des anciens égyptiens fut le signal pour le christianisme d’en finir avec les religions « païennes » ailleurs dans l’Empire. Certains signes ne mentent pas : fin des mystères d’Eleusis sous l’empereur Théodose II (401-450) ; fermeture de l’Académie néo-platonicienne d’Athènes en 529 sous Justinien (482-565) ; suppression des Jeux Olympiques en 426 ; destruction de la Bibliothèque palatine à Rome en 600. »

Il fallut attendre 1000 ans pour que les puissances de la planète s’organisent pour sauver les temples menacés par un Nil domestiqué. Peu à peu, la culture de l’Egypte ancienne revint à la vie pour enchanter le monde entier, passionnant les savants mais aussi l’homme ordinaire. Plusieurs périodes égyptophiles agitèrent nos cultures. C’est le retour d’Isis.

MdV Editeur, 16 bd Saint-Germain, 75005 Paris, France.

www.mdv-editeur.fr

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents