Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les moines de Tibhirine de John Kiser, traduction Henry Quinson, Editions Nouvelle Cité.

         Beaucoup d’entre vous ont apprécié le film Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois, Grand Prix du Festival de Cannes 2010. Le livre du journaliste et historien John Kiser, fruit de plus de quatre années d’enquêtes et de travail, fait déjà référence sur le sujet comme il l’a fait pour le tournage du film.

         Ce fut le 27 mars 1996 que sept moines de l’abbaye de Tibhirine furent enlevés. On retrouva leurs têtes deux mois plus tard. Ces moines payèrent de la décapitation leur refus de fuir face à la terreur du GIA, leur amour de l’Algérie et leur œcuménisme quotidien. Si cet événement bouleversa très au-delà de la France et de l’Algérie, c’est que l’assassinat des sept moines contient en lui-même toute la tragédie humaine, tout l’espoir également.

         John Kiser va chercher, à juste titre, les racines du drame dans cette guerre d’Algérie dont les séquelles, nous le savons, demeurent encore aujourd’hui très présentes aussi bien en France qu’en Algérie, renforcés par les dénis qui persistent chez les autorités françaises.

         Son analyse du contexte franco-algérien sur un demi-siècle permet de comprendre la dimension historique, symbolique et spirituelle de l’œuvre des moines de Tibhirine, de la réaction du GIA et des conséquences profondes, immédiates, à moyen terme et à venir de cet acte qu’il soit considéré comme guerrier, terroriste, ou criminel.

         Mais l’auteur nous fait aussi partager la spiritualité de ces moines et la philosophie de Tibhirine à travers la vie quotidienne dans ce lieu étonnant de la rencontre, rencontre avec dieu, celui des chrétiens et celui des musulmans étant un seul dieu, rencontre avec l’autre, chrétien ou musulman. Se dessine l’alliance simple et profonde de ceux qui croient, non seulement en dieu, mais aussi en l’homme, malgré tout.

         C’est là sans doute la force de l’ouvrage, mettre en évidence que la démarche de ces moines, leur « Esprit de paix », perdure, non seulement à Tibhirine mais bien au-delà, par l’écho puissant rencontré dans toutes les cultures.

         Frère Bruno, Frère Célestin, Frère Christian-Marie, Frère Christophe, Frère Luc, Frère Michel, Frère Paul nous enseignent, non comme martyrs, mais comme hommes de dieu, entre doutes et certitudes, réalités et croyances, ombres et lumières parce qu’ils n’ont jamais cessé de vivre l’amour de l’autre. Davantage que les grands traités théologiques, davantage que les grandes manifestations organisées, leur pratique au jour le jour de la foi et de la prière révèle la capacité de l’être humain à se rapprocher de lui-même.

         L’auteur insiste sur la portée du message des sept moines de Tibhirine :

         « Pour ceux qui considèrent le christianisme avec un certain cynisme, n’est-il pas déconcertant que l’Algérie abrite une minuscule communauté chrétienne témoignant d’un message d’amour universel, en se mettant au service des musulmans et en vivant avec eux une véritable amitié, jusqu’à la mort ? Je fus interloqué quand Mgr Teissier m’expliqua que, dans les années 1970, de hauts responsables avaient demandé aux Sœurs libanaises d’enseigner le Coran à leurs femmes. Quel extraordinaire signe de bonne volonté et de confiance envers des représentantes d’une religion sœur ! Ou bien le geste n’était-il pas plutôt révélateur de la conviction du Président Boumédiène que les valeurs musulmanes et chrétiennes, sincèrement pratiquées, étaient fondamentalement les mêmes ? En tout cas, en pleine campagne d’islamisation et d’arabisation, il avait autorisé la formation d’âmes musulmanes par des religieuses libanaises.

         Un professeur à l’université d’Alger, qui souhaite rester anonyme, fit la prédication suivante, après la mort des moines : « Un jour, ces sept moines seront considérés comme des saints par les musulmans, les chrétiens et les juifs. ».

         Oui, au terme de toutes ces horreurs, l’Algérie pourrait bien étonner le monde. »

Editions Nouvelle Cité, Domaine d’Arny, 91680 Bruyères-le-Châtel, France.

Tag(s) : #Spiritualité et société
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :