Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre du Crocodile

La Lettre du Crocodile

Chroniques littéraires dans les domaines de l'initiation, des philosophies de l'éveil et des avant-gardes : Franc-maçonnerie, hermétisme, bouddhisme, shivaïsme, surréalisme, pensée contemporaine...


Soleil et Lune maçonniques

Publié le 18 Novembre 2012, 09:56am

Catégories : #Tradition

Soleil et Lune. Les deux luminaires de la Loge de Jean Hover et Claire Vernon, collection Les Symboles Maçonniques, MdV Editeur.

Le ternaire Soleil – Lune - Vénérable Maître est essentiel à la compréhension des opérativités sous-jacentes au rituel maçonnique, qui restent à expliciter au cours du procès initiatique.

Les auteurs, en référence à la tradition pythagoricienne, rappellent que Soleil et Lune réfèrent aux « Iles des bienheureux », ou autres immortels, suggérant deux voies initiatiques possibles qui ne s’excluent pas l’une l’autre. Ils notent également que « Dans les premiers temps du christianisme, encore imprégné de traditions orientales, trois soleils étaient disposés sur les autels afin de symboliser la triple essence de la divinité. ». Soleil et Lune ne doivent donc pas être appréhendés dans une approche dualiste. « Soleil et Lune sont deux aspects de la lumière, l’un associé au jour et à la transmission, l’autre à la nuit, à la gestation et la régénération. Ils forment une totalité, un cycle complet. (…) Ils opèrent le croisement entre la nature immuable, éternelle, de la vie et sa concrétisation dans un temps donné. Ils permettent ainsi d’entrer dans le rythme du temps initiatique qui est celui de l’instant de création. »

Et de préciser : « Cet instant requiert d’inverser les lumières : de ne plus vivre le Soleil physique et matériel de l’expansion, ni la Lune du reflet et de la sensibilité, mais mettre l’action au cœur du silence et la médiation la plus intense au cœur de l’action. »

En s’appuyant sur diverses traditions, osirienne, pythagoricienne, indienne, les auteurs s’extraient des réductions courantes sur cette question essentielle qui détermine le sens même du travail. Par exemple, La Lune est souvent associée à l’eau, un contenu alors qu’elle est un contenant :

Citant J. Chevalier et A. Gheerbrant, les auteurs avancent qu’ « « Elle est le réceptacle des germes de la renaissance cyclique, la coupe qui contient le breuvage d’immortalité. De même Ibn al-Farid en fait la coupe qui contient le yin de la connaissance et les Chinois y voient un lièvre pilant les ingrédients qui servent à préparer l’élixir de vie. » Dans de nombreuses traditions, la Lune est la coupe qui contient cet élixir : soma, amrita ou ambroisie, autant de liqueurs divines qui transmutent la vie en réalité absolue, c’est-à-dire en immortalité. »

Jean Hover et Claire Vernon invitent les lecteurs à ouvrir l’œil :

« L’œil complet (oudjat) contient précisément Osiris reconstitué, à savoir le dieu assassiné puis ressuscité qui a parcouru toutes les étapes et vécu toutes les mutations spirituelles menant à l’immortalité. Et l’on peut précisément traduire le mot « Osiris » par « siège de l’œil ».

Cette introduction à un axe essentiel de la voie est riche des indications de pistes que le lecteur pourra expérimenter, de l’alchimie en laboratoire à la mystique.

MdV Editeur, 16 bd Saint-Germain, 75005 Paris, France.

www.mdv-editeur.fr

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents