Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vaincre la mort ou la spirale de Vie de Julien Behaeghel, Maison de Vie Editeur.

L’auteur, jungien et franc-maçon, traite dans cet essai dense de la question de la mort et par conséquent de l’immortalité sans jamais oublier que « Dieu géométrisa » et que la spirale évoque les puissances serpentines.

« Tout spiraliser pour tout spiritualiser. Faire une spirale à 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 sommets ; faire une spirale d’une étoile.

La porte d’accès au cœur de l’éternité est une spirale, le nombre d’or est une spirale…

Dante, dans sa Divine Comédie, nous présente l’Enfer et le Paradis comme deux spirales opposées, les cercles concentriques de sa vision font en effet penser à la spirale.

Plus près de nous, Teilhard de Chardin et sa complexification de l’homme par enroulement autour de l’axe du monde (vers le point d’illumination) a lui aussi sous-entendu la spirale. Sans oublier J. Purce et sa spirale mystique. (…)

Ce qui est particulier dans le tracé de la spirale, c’est que chaque segment de la courbe-forme est une expansion (ou une contraction) du précédent (ou du suivant). La spirale est bien une structure « évolutive ». Elle grandit et fait grandir. En ce sens, on peut la comparer au serpent, symbole omniprésent dans toutes les traditions, qui grandit après chaque mue. Or la mue est comparable à une mort et à une résurrection.»

Ce faisant il renverse la causalité de l’apparence, faisant de la mort non la fin mais le commencement de la vie, un divin choix et un choix divin pour qui sait mourir par anticipation, ce qui est le propre de l’initié.

Julien Behaeghel réinterroge ainsi nos traditions en quête d’un sens intrinsèque à l’inévitable. La quête est un procès spiralaire vers une conscience accrue en recherche de l’homme complet, total.

« Ce processus se terminant au moment du passage à l’illumination définitive de l’éveil parfait. Eveil que l’on peut atteindre dès cette vie, dans cet instant, unique, où la mort est dépassée et définitivement vaincue. »

Cette conquête de la conscience, dont l’errance fait naturellement partie tout comme le désordre n’est qu’un aspect de l’ordre, se présente tout d’abord sous forme dualiste par le jeu des oppositions pour tendre vers l’expérience non-duelle. L’auteur identifie parfaitement l’importance du silence dans ce processus, voire du silence comme processus même de l’éveil.

Maison de Vie Editeur, 16 boulevard Saint-Germain, 75005 Paris, France. 

Tag(s) : #Tradition
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :