Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre du Crocodile

La Lettre du Crocodile

Chroniques littéraires dans les domaines de l'initiation, des philosophies de l'éveil et des avant-gardes : Franc-maçonnerie, hermétisme, bouddhisme, shivaïsme, surréalisme, pensée contemporaine...


Les sens au monastère

Publié le 15 Août 2011, 15:06pm

Catégories : #Tradition

Le jardin des sens de Nathalie Nabert, Editions Albin Michel.

C'est un texte magnifique, un hymne à la beauté perçue par les sens, une révélation de la rencontre entre les sens et le divin, qui s'adresse à tous les « les passants de l'Absolu ».

« Les monastères, nous dit Nathalie Nabert, dès les premières lignes, sont des lieux de jouissance paisible pour peu qu’on y ait acquis la douceur du cœur et la nudité du regard.

On y goûte les instants et les jours dans le retour saisonnier des fêtes liturgiques et des fruits de printemps et d’automne. Et le balai du frère portier qui chasse les feuilles mortes du cloître comme la soupe savoureuse du frère cuisinier, les jours gras ont la même importance que le sermon capitulaire du père abbé ou du père prieur. Car ici rien ne compte, hors ce qui est reçu et donné avec amour.

Le paradis est dans le brin d’herbe comme dans la somme théologique de toute une vie. Il suffit de suivre les traces et d’y mettre du sien. »

Nathalie Nabert est professeur de littérature médiévale, doyen honoraire de la Faculté des lettres de l’Institut Catholique de Paris, et fondatrice du Centre de Recherches et d’Etudes de Spiritualité Cartusienne. Elle est aussi poète. C’est cette alliance de l’érudition et de la poésie qui font de ce livre un double plaisir, le plaisir du lecteur et le plaisir du méditant.

Loin d’opposer le corps et l’esprit, Nathalie Nabert démontre combien les cinq sens sont essentiels à la mystique. En trois temps, Oublier le monde et revêtir Dieu, Combattre et connaître, Mourir et voir Dieu, elle explore toutes les dimensions de l’expérience spirituelle. Du baiser divin au toucher de la Grâce, en passant par l’odeur du Christ, les sens participent pleinement à la rencontre avec le divin en toutes ses modalités.

« L’expérience mystique parvenue à son terme oppose ainsi la verticalité de l’union à l’horizontalité de la dissemblance travaillée par l’effort de dégagement de soi. Ne pouvant se fonder sur l’intellection pure, elle s’adonne alors à la randonnée d’une sensualité épurée, intériorisée, mais qui n’échappe pas à la rencontre du désir et de la jouissance au plus profonde de l’être métamorphosé par Dieu. (…)

La démarche monastique, depuis les origines, doit se comprendre, alors, comme la recherche de cette nourriture solaire du Verbe divin qui exige une lente clarification du sensible et du corporel, comme un retour à l’origine. »

Il ne fallait pas seulement le savoir pour traiter ce sujet avec la profondeur et la liberté qu’il exigeait, une belle écriture, une écriture affranchie, était indispensable. C’est ce qui fait de ce livre un joyau poétique et un compagnon de veille sur la voie.

Editions Albin Michel, 22 rue Huyghens, 75014 Paris, France.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents