Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre du Crocodile

La Lettre du Crocodile

Chroniques littéraires dans les domaines de l'initiation, des philosophies de l'éveil et des avant-gardes : Franc-maçonnerie, hermétisme, bouddhisme, shivaïsme, surréalisme, pensée contemporaine...


Le Temple maçonnique et ses mystères

Publié le 30 Octobre 2012, 07:25am

Catégories : #Tradition

Le Temple maçonnique et ses mystères par André Quémet, MdV Editeur.

Le lieu, qui dans le cadre initiatique est un lieu-état conscient, doit être interrogé. Il l’est rarement. André Quémet cherche dans ce livre à « définir le temple maçonnique, son origine, son modèle, son fondement, son but » et cela commence bien sûr par l’acte du bâtisseur. Le temple maçonnique prolonge, célèbre, exalte l’acte divin fondamental de construction voulu par le Grand Architecte de l’Univers.

« L’architecture, application des lois physiques et mathématiques qui préexistent à l’homme dans la nature, est un art que l’homme reçoit de la connaissance de ces lois issues du Principe, et auxquelles il se conforme. Tout temple particulier doit donc être représentatif du temple céleste originel, modèle de tous les temples. Lorsqu’en bâtissant son œuvre une Loge agit pour que le Principe soit l’architecte de sa propre demeure, le temple terrestre se trouve réalisé d’après un archétype céleste ; il est à l’image de l’univers. »

Pour « construire le temple selon les lois du ciel », l’initié doit apprendre et mettre en œuvre l’Art Royal, construire en permanence par un acte magique qui s’étend de l’intention primordiale à la réalisation ultime.

André Quémet pose la question du modèle du temple maçonnique, temple de Salomon ou Cathédrale ? Il nous invite à aller au-delà de cette alternative et de considérer le temple égyptien comme modèle originel. Ce temple antique est inséparable de la cité dont il est le centre et auquel il confère l’équilibre. Aujourd’hui, le temple maçonnique est isolé dans la cité. S’il lui arrive, rarement, de contribuer encore à son équilibre, c’est par des chemins détournés. La création permanente, la célébration et l’actualisation du Mystère sont au cœur de la construction du temple maçonnique. Point fixe, il est, suggère subtilement André Quémet, un être de voyage :

« Ainsi le temple apparaît-il non comme un point fixe mais comme un être de voyage. Ceci se traduisait au Moyen Âge par la notion de Temple « aventureux ». Le temple est mobile ; il traverse le temps et les espaces. Entrer dans un temple, c’est sortir d’une existence condamnée à la mort et se trouver dans un type d’univers qui n’est plus que métamorphoses. (…)

Le temple étant considéré comme une barque, le voyage est entrepris telle une navigation dans le Mystère, un voyage dans le Ciel des causes. Ainsi la tenue peut-elle apparaître comme un voyage pour lequel on s’embarque, l’important étant de faire partie de l’équipage. Pour être Frère ou Sœur, il ne doit rester de l’individualité profane que le génie de chacun à incarner l’initiation, à incorporer l’équipage de la barque et à participer à la transmission de la Lumière. »

La question du voyage initiatique conduit l’auteur à étudier la fonction du mythe qui « rend compte du Mystère ». Le temple devient alors le moyen ou le vecteur de réalisation du mythe. La Loge fait vivre le mythe et assure ainsi à la fois la transmission et la réalisation de celui-ci.

Enfin, André Quémet insiste sur le secret, sur sa nécessité, sur sa fonction et sur son caractère inévitable. Les publications n’y changent rien. Quelque chose d’incommunicable émane de l’actualisation répétée du Mystère. « Les êtres, dit-il, dont la qualité particulière est d’être allé vers l’initiation ont, dès qu’ils sont ensemble, le besoin vital, viscéral, de pénétrer dans le temple et de vivre de son Secret. (…) L’initiation offre ainsi un chemin vers le Secret. »

Ce livre, important en son propos, invite les Loges maçonniques à se réveiller, à ne pas se laisser réduire à « une petite entité incluse dans l’organisation administrative d’une obédience » mais à devenir réellement « un corps initiatique, un lieu d’initiation, le point d’aboutissement concret de toutes les civilisations initiatiques et traditionnelles. »

MdV Editeur, 16 bd Saint-Germain, 75005 Paris, France.

www.mdv-editeur.fr

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents