Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre du Crocodile

La Lettre du Crocodile

Chroniques littéraires dans les domaines de l'initiation, des philosophies de l'éveil et des avant-gardes : Franc-maçonnerie, hermétisme, bouddhisme, shivaïsme, surréalisme, pensée contemporaine...


Jean-Christophe Belleveaux, poète

Publié le 6 Juillet 2011, 05:58am

Catégories : #Poésie

Episode premier de Jean-Christophe Belleveaux, collection Pour un Ciel désert, Editions Rafael de Surtis.

C’est un poète du déchirement. Il sort de l’ombre. Craint pourtant la lumière. Présence oblige. Dépouillement et renaissance.

 

lesté

celui-là

de son moi-je

qu’il jette

aux orties qui piquent

 

la neige rugit

dans ses pensées

dans son moi-je

idiopathique

 

Cet Episode premier, qui ne veut pas finir et se poursuit après les pages de papier sur des pages de peau, de rires, de désirs, de murmures, de cris, d’esprits vivants, terriblement vivants, est comme une seule inspiration, longue et vitale, comme après un coup violemment encaissé, pour reprendre air.

 

malgré ce mécrire

ces tessons

moi-je

à l’inverse d’une schizophrénie

se rassemble

dans ce noyau dense

 

inclut

celle qui sa voix son rire

est déjà

 

hésitante pourtant

celle qui parle

dispose deux sièges

face à la nuit

 

Redonner vie à l’altérité. L’une des grandes fonctions du poète, une fonction philosophique méconnue et même déniée dans une France où la pensée est tuée dans les normes, universitaires, politiques, convenues…

 

Nietzche

ni Phèdre

au rendez-vous annoncé

ne viendront

 

Le poète ne dit pas, il éveille.

 

s’agissant

du miracle banal

que bien d’autres

avant moi-je

bien pire et mieux

et autrement

l’émotion transfinie

ont calligraphiée

c’est à fer émoulu

que moi-je

veut en éperonner

la fâcheuse littérature

l’hameçon rouillé

nous a percés

son tétanos nous mord

 

Jusqu’à l'extraordinaire banalité quotidienne comme seule rébellion métaphysique.

 

et encore approcher

qui prolonge le mystère

nos jambes mêlées

c’est l’éternité peut-être

qui nous accueille

 

Le texte est magnifique, mêlé à un autre poème de photographies de l’auteur.

Il paraît toujours dérisoire de commenter la poésie. Il convient simplement de saluer l’un des grands poètes contemporains actuels.

Editions Rafael de Surtis, 7 rue Saint Michel, 81170 Cordes sur Ciel, France.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents