Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Empédocle, philosophie présocratique et spiritualité orientale de Jean Biès, Editions Almora.

         L’étude de Jean Biès se situe dans la perspective habituelle de l’auteur qui contribue largement à la rencontre Orient-Occident. En restaurant tout l’intérêt des Présocratiques, il redonne une part de leur rayonnement à ce, ou plutôt ces courants essentiels. Ce faisant, il se distingue de Michel Onfray à qui l’on doit également un renouveau de l’étude des Présocratiques, en examinant l’apport de ces philosophies à la lumière des grands courants traditionnels orientaux, bouddhisme, hindouisme, taoïsme notamment.

         Il réinterroge donc la philosophie classique à travers une figure d’exception, Empédocle d’Agrigente, sage, chamane, voyant, poète et enseigneur qui évoque irrésistiblement les maîtres spirituels de l’Orient que la raison raisonnante occidentale a voulu effacer de son histoire des idées. A travers Empédocle, c’est la question de la dialectique entre dualisme et non-dualisme, entre le multiple et l’Un et les manières de réduire cette dialectique dans l’expérience de la conscience qui est posée. Cette question et cette résolution ne sont pas réservées à l’Orient, il faut le rappeler. Son concept de Sphaïros évoque tout à fait « l’Invariable Milieu » taoïste : « Antérieur au multiple, sans action ni passion ; fondement premier d’où sont issues toutes les manifestations ; unité et identité essentielles du Soi, tel se présente le Sphaïros, auquel une définition comme celle de Tchouang-tseu pourrait être de celles qui s’appliqueraient le mieux : « Le Principe est l’origine de tout et Il influence tout, en restant indifférent. ».

         La métaphysique d’Empédocle n’est pas éloignée des voies apophatiques orientales ou occidentales. Si Empédocle , comme le remarque justement Jean Biès, a été mal entendu, voire détourné, par de nombreux penseurs, Hölderlin, Romain Rolland ou Freud par exemple, il eut une influence sur certains courants hermétistes, Raymond Lulle, Paracelse, Jacob Böhme, entre autres, apparaissant comme des héritiers possibles.

         Jean Biès livre à notre attention les deux textes d’Empédocle venus jusqu’à nous, le Péri Physéôs, De la Nature et les Katharmoï, Purifications, le premier d’apparence plus exotérique, le second ésotérique. Le lecteur attentif, remarquablement guidé par Jean Biès, notera combien nous sommes bien dans une philosophie de l’éveil, Jean Biès parle de voie de délivrance, s’appuyant sur une cosmogonie et une métaphysique exigeantes en théorie et surtout en pratique. Jean Biès identifie clairement, au-delà du cas d’Empédocle, un ésotérisme puissant au sein des courants présocratiques, ésotérisme qui n’exclut pas un exotérisme s’adressant à tous et visant une réconciliation pacifique avec soi-même, l’autre et l’environnement, réconciliation indispensable pour aborder la délivrance.

Editions Almora, 51 rue Orfila, 75020 Paris, France.

Tag(s) : #Philosophie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :