Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Kaula, la voie royale de la Shakti de Daniel Odier. Editions Almora, Groupe Trédaniel, 19 rue Saint-Séverin, 75005 Paris, France.

www.editions-tredaniel.com/

Daniel Odier met pour la première fois à notre disposition une traduction commentée du Kaulajnananirnaya tantra, texte tantrique majeur attribué au maître Matsyendranatha.

Comme beaucoup de textes tantriques, il est rédigé en langage poétique crépusculaire et présente une série de pratiques qui nécessitent un commentaire avisé pour être exercées. Il s’agit d’une sorte d’aide-mémoire. Daniel Odier a reçu l’enseignement associé à ces pratiques de Lalita Devi.

Le Kaulajnananirnaya tantra est composé de vingt-quatre chapitres tous porteurs de pratiques avancées, les plus profondes de l’école Kaula. Parmi les sujets abordés nous retrouvons les pratiques avec les chakras, les nadis, les pratiques alchimiques, les unions avec les yoginis, les pratiques mantriques, la ronde des lettres sanscrites dans le corps, l’adoration du Guru et du lingam…

Daniel Odier note que « Deux des caractéristiques du Kaliyuga sont que dans cette période de chaos cosmique les secrets doivent être révélés et que les pratiquants ont une capacité supérieure à les intégrer. » C’est le sens de la publication de cet enseignement mais, c’est d’abord l’établissement d’un rapport renouvelé à la langue qui permet de saisir l’enseignement et de vivifier la pratique qui, sans cela, reste stérile. L’érudition est un obstacle à la voie directe.

« Il y a trois formes d’initiation : par le toucher, par le regard, par l’esprit. Elles sont sans forme définie, sans rituel.

Le disciple reçoit la grâce de la compréhension par l’impact de la Shakti. »

Abhinavagupta, que nous retrouvons bien entendu dans cet ouvrage, indique comment dépasser les trois principaux obstacles que sont l’individualité égotique, la non-reconnaissance de sa propre plénitude et de son identité au divin et la confusion « qui fait des plaisirs sensoriels une distraction, une perte de l’essence absolue plutôt qu’un retour au Cœur. ».

Le Cœur est très présent dans ces pratiques comme l’Amour sans objet. Rien n’est rejeté, tout est intégré, le jugement qui sépare est absent. Le degré d’identification de chacun est simplement pris en compte comme un donné.

« La merveilleuse Shakti se manifeste dans le corps d’une Yogini ou d’un yogin, elle le protège et lui transmet l’enseignement. Sa vénération révèle tout ce qui est doit être révélé !

La Shakti est aussi pure présence, à peine palpable, sans caractéristiques.

Elle peut choisir de se manifester sous de multiples formes comme il est indiqué dans a pratique suivante qui incite à adorer le féminin sous toutes ses formes.

Dans la sadhana, il y a des moments où nous avons besoin de matérialité et d’incarnation pour sortir de l’armure qui nous rend sourd à la totalité. Il y a d’autres moments où l’union est tellement intégrée qu’elle se résout en pure présence en nous. Il n’est alors plus question de nous unir ou de nous désunir. Tout est un. »

Dans la voie Kaula, tout est intériorisé même si certains aspects peuvent être extériorisés. L’interne est souverain mais dans une vision non-duelle.

La première partie de l’ouvrage extrait quarante-trois pratiques du Kaulajnananirnaya tantra, depuis l’émergence des tattvas jusqu’à la danse des Yogini rouges. La seconde partie propose la première traduction en français des vingt-quatre patalas du Kaulajnananirnaya tantra directement du sanskrit. Elle est l’œuvre de Dominique Boubouleix. Un glossaire aide à la compréhension des mots sanskrits.

« Une phrase, nous dit Daniel Odier, contient toute l’essence de la pratique exposée dans le Kaulajnananirnaya tantra :

« La voie est d’agir selon sa volonté propre en ayant connaissance à la fois de l’Akula et du Kula de Devi. » »

Le recours au glossaire nous indique que Akula est « Shiva dans son état de folle sagesse » et Kula « Shakti, le clan, la famille spirituelle », incitant ainsi à l’attention soutenue au sens et à l’approfondissement de la pratique.

C’est un trésor, au sens le plus traditionnel qui soit, qui est mis à la disposition de celle, de celui, qui veut approcher ou laisser vivre en lui la voie de la Shakti, divine énergie de libération.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :