Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Le Cahier de vacances du Franc-maçon par Luc Apante et François Morel. Editions Dervy, 19 rue Saint-Séverin, 75005 Paris, France.

http://www.dervy-medicis.fr/

Et voici les indispensables Cahiers de vacances du Franc-maçon, sans lesquels les membres de l’Ordre maçonnique perdraient les quelques connaissances acquises au cours de l’année et surtout leur humour.

La formule reste la même pour les trois cahiers aux grades d’Apprenti, Compagnon et Maître : 90 questions-réponses à choix multiples qui mêlent érudition et humour, rédigées par Luc Alpante, complétées par les dessins talentueux et désopilants de François Morel.

Bien entendu, il s’agit du « programme officiel » ce qui rend ces devoirs de vacances indispensables.

Commençons par le grade d’Apprenti et les premières questions à propos des métaux. L’élève a le choix entre plusieurs réponses parmi : 1, « On débarrasse l’impétrant de ses métaux pour qu’il ne fasse pas sonner le portique à l’entrée de la loge » - 2, « Avant de passer la première épreuve, il est nécessaire que l’impétrant se détache de toute illusion trompeuse. Afin de rendre matériellement sensible au changement spirituel qu’il va ressentir, on lui demande de remettre ce qu’il porte de plus précieux sur lui, notamment en métal, parce que celui-ci symbolise ce qui brille d’un état trompeur. » - 3, Il n’y a strictement aucune raison de laisser les métallos à la porte du temple. » - 4, « On peut dire de l’apprenti qui fait preuve de préjugés dans ses raisonnements qu’« il n’a pas laissé tous ses métaux à la porte du temple ». » - 5, « Il est arrivé que le métal devienne « hurlant » parce que l’impétrant l’avait laissé tomber un peu trop brusquement. »

Nous mesurons mieux les compétences attendues de l’élève qui doit non seulement avoir retenu les leçons mais aussi penser. Car, si l’humour n’est jamais absent, de vrais sujets de réflexion sont proposés pour chaque thème abordé : « Le symbolisme du pain tel que vous pouvez le concevoir » ou, pour les Maîtres, « Pensez-vous qu’un dictionnaire soit une machine à rêver suffisante pour permettre au Franc-maçon d’accéder à la connaissance ? ». L’un des soucis des auteurs est en effet d’inciter l’élève à penser par lui-même, en évitant les compilations de ressources faciles.

 

Les dessins de François Morel renvoient à des expériences que tous les Francs-maçons ont connues et permet un regard décalé. Il met aussi en perspective les fonctionnements des obédiences et les lourdeurs administratives. Chacun éprouvera un réel plaisir à se reconnaître dans des caricatures bien proches de la réalité.

« La quête de la connaissance est le moyen le plus lent, le plus inconfortable – peut-être pas le plus cher – pour se rendre d’un univers matériel plein de certitude en un lieu de nulle part rempli de doute et d’inachèvement. »

Cette proposition fait partie des réponses possibles pour définir la quête et montre tout l’entre-deux que le lecteur-élève est invité à explorer.

Heureusement, chaque cahier propose les corrigés des exercices. De plus, il n’est pas interdit de tenter de répondre à plusieurs ce qui promet une classe apprenante très récréative.

Ne tardez pas à vous procurer vos cahiers de vacances préférés, ils sont, chaque année, rapidement épuisés.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :