Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Pourquoi les Francs-maçons ont toujours raison de Patrick Lelong. Editions Le compas dans l’œil.

https://www.lecompasdansloeil.org/lire-et-ecrire

Patrick Lelong dialogue avec Maria, sa concierge portugaise (n’y voyez aucun préjugé). C’est l’occasion d’énoncés truculents et profonds, de coups de gueule aussi, bienvenus. Il jette un regard lucide et humoristique sur un monde qui ne veut surtout pas voir. Le sujet de cet échange est la Franc-maçonnerie et à travers elle la société. Pourquoi Maria ? parce qu’elle est « la représentante de la plus grande Loge du monde, celle des concierges ». Cela va de soi mais rares sont ceux qui en sont conscients.

Patrick Lelong répond aux questions de Maria qu’il regroupe en douze chapitres, parmi lesquelles : « Pourquoi les Francs-maçons sont-ils tous juifs et banquiers ? Pourquoi les Francs-maçons sont-ils tous libertins ? Pourquoi les Francs-maçons sont-ils tous vieux ? » ou encore « Pourquoi les Francs-maçons recherchent-ils les honneurs chevaleresques ? » et « Pourquoi les Francs-maçons savent nager en eaux troubles ? ».

Les questions de Maria permettent à l’auteur de dissoudre nombre de croyances erronées et de clichés communs sur l’ordre maçonnique en ses différentes expressions et d’en présenter les aspects les plus importants, mais aussi de dénoncer certaines dérives rencontrées dans ce mouvement complexe. Exemple avec la question chevaleresque :

« Mais pourquoi ce goût presque immodéré pour les titres de chevalerie ? Peut-être pour changer de tablier et de décor. Il y en a des sublimes. Il suffit pour se rendre compte de se promener dans les musées maçonniques. Si l’habit ne fait pas le moine, parfois il peut faire le Franc-maçon et c’est alors le piège. Or Maria, vous le savez, un tablier, cela protège de l’extérieur mais pas de l’intérieur. Effectivement, chacun peut en prendre pour son grade.

Ce goût pour la chevalerie est peut-être le désir de détenir ce dont la naissance nous a privé. Un titre de noblesse. Il reste que faire référence à la chevalerie n’est pas anodin. C’est une ouverture à la noblesse du cœur. Retrouver les valeurs de générosité, de courage, d’entraide. Cela ne peut pas faire de mal, bien au contraire. Ce qui caractérise la chevalerie reste le service. Le service des autres, le service de son pays, le service de l’humanité. »

C’est à la simplicité, au dépouillement, la bienveillance… que conduit le propos de Patrick Lelong. Souvent drôles, ses paroles s’adressent, à travers Maria, tant aux personnes qui s’interrogent sur l’institution maçonnique qu’aux membres de l’ordre maçonnique. En démontant les fausses croyances sur la Franc-maçonnerie, il rappelle aussi l’essentiel des valeurs de la démarche initiatique proposée par celle-ci.

La seconde partie de l’ouvrage est un Petit abécédaire exaspéré de la Franc-maçonnerie. Plus informationnel et pas si exaspéré que ça mais toujours avec cet humour léger qui porte l’ensemble du livre :

« Compas… Dans l’œil ou sur l’autel des serments

Le compas avec l’équerre est l’un des symboles emblématiques de la Franc-maçonnerie. C’est celui des maîtres maçons et l’une des trois lumières de la maçonnerie (avec l’équerre et le volume de la loi sacrée). La place du compas par rapport à l’équerre (et réciproquement) est un élément important, différents selon le degré auquel sont ouverts les travaux de la loge. »

Cet ouvrage agréable, illustré avec talent par Mauve, au ton inhabituel dans le domaine, se révèle fort utile, pour tous ceux qui s’interrogent ou s’intéressent à la Franc-maçonnerie comme pour les Francs-maçons eux-mêmes qui auront l’occasion dans ces pages, d’apprendre, réviser ou se moquer salutairement d’eux-mêmes.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :