Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Les figures de Perceval sous la direction de Georges Bertin. Editions Cosmogone 6, rue Salomon Reinach, 69007 Lyon.

www.cosmogone.com

Il y a dix-sept ans, le Cercle d’Etudes Nouvelles d’Anthropologie (CENA) s’était penché sur la figure de Perceval qui a suscité de très nombreuses études et recherches notamment dans le cadre de la Société Arthurienne Internationale. Nous devons à Georges Bertin ce nouveau travail collectif consacré à la réception présente de la figure de Perceval. En effet, les mythes vivent en chacun de nous avec plus ou moins d’intensité, plus ou moins consciemment, et orientent, ou désorientent, nos quêtes, quelle qu’en soit la forme. Nouvelles approches, nouveaux regards donc, et ainsi nouvelles pistes.

L’ouvrage se présente en quatre grandes parties :

Aspects psychologiques : Perceval, un adolescent en errance ou les affres d’une sophronisation réussie… de Jean-François Beauchêne – Perceval, chevalier Asperger par Sabrina Wisniewski.

Aspects littéraires : Quelques regards jetés sur les aventures de Perceval de Rémi Boyer – Perceval dans les Continuations du Conte du Graal ou le parcours entre vengeances et pardons d’un « ange qui tue » par Marco Prost – Perceval, la maîtrise de l’équitation et l’importance pratique et symbolique des éperons par Cécile Lagane – Parzival, esquisse d’une généalogie des rois du Graal par Jean-Claude Romanens – Les familles de Perceval : support du récit et illustrations de la quête du Graal par Emilie Tanguy-Loubrie.

Aspects juridiques : Perceval figure de la justice, trouver le Graal pour guérir le monde de Sylvain Ferrieu.

Réceptions de la figure de Perceval : E.T.A. Hoffmann, Le Vase d’Or par Véronique Liard – Perceval, héros de l’Irlande rebelle ? par Olivier Wicky – Perceval dénaturé : un XXIème siècle en perte de ses mystères par Justine Breton – Kaamelott : Perceval, une figure complexe derrière le « nice » par Catherine Guillou – Perceval fait son cinéma, d’après Perceval le Gallois (1979), film d’Eric Rohmer par Gil Alonso-Mier.

S’ajoutent des conditions héraldiques sur l’Armorial de Perceval, chevalier de la table ronde par Gérard Byron Clouzard, une étude sur les racines dans un entretien avec Daniel Bordeaux : Perceval aurait-il chevauché en forêt de Perseigne ?

Dans sa préface, Daniel Bordeaux remarque combien le personnage de Perceval s’inscrit dans une polarité entre le « nice », le nigaud et l’« élu » :

« C’est principalement cette dichotomie au sujet de la personnalité de Perceval que l’on rencontre lors de la lecture de cet ouvrage, si bien nommé : Les figures de Perceval, où s’expriment tout au long des différentes contributions un louvoiement plus ou moins ample des auteurs entre les deux rives représentant les deux points de vue principaux, du « nice » ou de « l’élu », énoncés plus haut. Chacun y développe ses arguments en faveur du camp choisi. Au terme de ces réquisitoires et plaidoyers se sera à vous, chers lecteurs, d’opter pour un bord et de rejoindre ainsi l’une ou l’autre rive. »

La complexité du personnage se retrouve dans la diversité des regards portés par les auteurs qui privilégient certains aspects pour mieux les éclairer. C’est cette multiplicité qui fait la richesse du personnage et révèle sa fonction, révélatrice de ce que nous sommes.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :