Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La raison du roi. Royauté et royaliste de France par Pascal Gambirasio d’Asseux. Editions France-Empire, 60 rue de Fontenay, 92350 Le Plessis-Robinson.

Pascal Gambirasio d’Asseux nous a déjà offert deux ouvrages qui nous intéressent particulièrement, publiés aux Editions Télètes, La Voie du Blason – lecture spirituelle des armoiries et Le Miroir de la Chevalerie – essai sur la spiritualité chevaleresque. Avec ce nouvel essai, spirituel et politique, il étudie le sujet des fondements et des diverses dimensions de la royauté dans sa spécificité française.

L’ouvrage, brillant et clair, intéressera des lecteurs forts différents : les royalistes ou monarchistes (l’auteur distingue ces deux termes) bien sûr, tous ceux qui sont concernés par la chevalerie et l’initiation chrétiennes, ceux qui se passionnent pour l’histoire de France et de l’Europe ou, plus largement, quelles que soient leurs convictions politiques ou spirituelles, ceux qui souhaitent mieux comprendre l’état de la France et les enjeux de la situation présente.

Pascal Gambirasio d’Asseux ne traite pas ici des divers mouvements royalistes ou monarchistes qui se font concurrence en France mais plutôt de l’essence de la Royauté et de sa possible incarnation. Il n’aborde pas non plus les problématiques entre monarchie et république mais réfléchit au sens spirituel d’une restauration dans l’intérêt du plus grand nombre. Pour lui, être royaliste n’est pas un choix politique, le choix d’un mode de gouvernement monarchiste, mais une démarche spirituelle profonde, construite sur la foi chrétienne.

Le Roi, lieutenant du Christ selon la tradition, se doit d’incarner le principe du Verbe dans l’organisation harmonieuse du royaume. Le sacre, « acte initiatique », instaure cette alliance entre verticalité et horizontalité, entre le monde divin et le peuple, par son roi. Il fait aussi le roi thaumaturge.

« La tradition, nous dit Pascal Gambirasio d’Asseux, incarne le principe, transcendant et immanent à la fois qui est le sceau divin dans l’ensemble de la création : celui de l’homme, de sa constitution naturelle et surnaturelle (en termes théologiques) et donc de ses droits et obligations corollaires, de son dialogue permanent avec son Créateur, et celui de la nature dans laquelle il se meut ; du sens de son histoire aussi, qui est toujours une hiéro-histoire (une histoire sacrée et du sacré) à peine de n’être qu’un sinistre jeu d’ego, une répétition de la chute originelle. (…)

C’est là que réside tout l’art du roi : maintenir l’incarnation du principe, son intégrité intangible tout en adaptant si nécessaire, et dans cette stricte mesure, ses modalités temporelles aux générations dans leur sensibles différences. »

Très lucide sur les dysfonctionnements et les errances de notre temps – nous ne pouvons que partager son tableau sombre de la politique et de l’état de la France - Pascal Gambirasio d’Asseux l’est aussi sur les inconséquences de nombreux royalistes et monarchistes, d’une aristocratie qu’il voudrait réveiller et rappeler au Christ.

De ce point de vue, le chapitre consacré au Sacré-Cœur de Jésus est très pertinent. Du point de vue de la tradition, la France est le royaume du Sacré-Cœur de Jésus, rappelle Pascal Gambirasio d’Asseux et le roi assume la lieutenance du Christ ». Il évoque à propos du roi, une « poésie royale » au sens étymologique de création.

« Cette « poésie royale », précise-t-il, le conduit, idéalement, à entendre (à tous les sens du terme) et à rayonner le propre Mystère de sa nature et de sa fonction, qui ne font qu’un, le désignant tout à la fois comme le premier d’entre ses chevaliers ou barons et de l’ensemble de son peuple, mais surtout comme l’image, le symbole vivant de celui qui, ayant parachevé sa quête spirituelle intérieure, se tient désormais au centre de son état (Etat) – au double sens du mot : ontologique et géopolitique ; royauté de l’homme (créé par Dieu à son image et ressemblance) et majesté du roi. »

La dernière partie de l’ouvrage traite de la restauration, la remise paisible en l’état, peu envisageable au vu de l’état chaotique de la France et de l’Europe. Reste toutefois « l’espérance du roi » qui, pour Pascal Gambirasio d’Asseux, ne saurait trouver réponse dans une monarchie constitutionnelle. Il s’agit moins d’un acte politique qu’un Mystère chrétien, une refondation édifiée sur une alliance spirituelle renouvelée. Il ne s’agit pas d’un processus mais plutôt d’un saut paradigmatique, d’un renouvellement, d’un renversement peut-être, non politique mais spirituel.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :