Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Vivre en Yoga. S’éveiller aux sens est le cœur du yoga de Willy Van Lysebeth. Editions Almora, 42 avenue Gambetta, 75020 Paris, France.

www.almora.fr

Willy Van Lysebeth préside le Comité Pédagogique de la Fédération Méditerranéenne de yoga. Et c’est bien une pédagogie différenciée, ludique et originale qu’il présente, organisée autour de l’exploration de la sensation. « S’éveiller aux sens, dit-il, me semble être le cœur du yoga. »

C’est par l’attention aux sous-modalités subtiles de l’expérience sensorielle que Willy Van Lysebeth conduit le lecteur à redécouvrir la sensorialité, d’abord sens après sens, pour débuter une vaste exploration de l’émotion, de la mémoire du corps, du mouvement, du souffle, de la méditation…

A chaque étape, des exercices sont proposés pour s’approprier un art de vivre plutôt qu’une chaîne de postures. Il s’appuie à la fois sur les textes traditionnels, les avancées scientifiques et son expérience de pratiquant et d’enseignant, mettant en garde contre des incompréhensions courantes de la pensée indienne et distinguant yoga et thérapies occidentales.

« En aucun cas, insiste-t-il, le yogi ne prétend expliquer ses émois de manière causaliste par référence à une théorie psychologique quelconque. Le yogi cultive une attitude somato-psychique ouverte, évolutive.

Les effets du yoga sur la santé dite mentale (car corps et psychisme sont manifestations d’une même réalité selon le yoga) apparaissent peu à peu, par maturation intuitive.

En ce sens, la tradition indienne inclut, par exemple, des considérations non seulement sur le mode de vie, mais il envisage l’alimentation. Le même terme raja (signifiant tonique, puissant…), désigne à la fois l’aliment et le tempérament.

L’approche yogique d’une situation existentielle est globalisante, intégrante. »

Ainsi, Willy Van Lysebeth conduit le lecteur vers un autre regard sur la douleur, le stress, le détachement… cherchant à le libérer des contraintes du contrôle et de son corollaire, la culpabilité.

 

En fin d’ouvrage, il aborde la question du Tantra, dont les apports dravidiens et cachemiriens.

« Le Tantra valorise la sensation par l’exploration créative des vécus en tous genres de la pratique du yoga.

Généralisons la jouissance, le jeu, la joie. Les valeurs tantriques, sensorielles, sensuelles, colorent le yoga. Au-delà de gestes génitaux, la visée tantrique connaît le plaisir sublimé, sacralisé. Tout exercice (en particulier ceux du hatha yoga) participe à cette reconnaissance de la sensualité primaire. »

« Culte de la Féminité, dit-il encore, le Tantra chante l’unité du vivant. Il vénère la nature-Mère. Ses symboles touchent au vif : matrice, phallus, bouche, orifice, grotte, montagne, fleuve, édifice magique-sacrificiel, réceptacle, aire de crémation… ; ce, même lorsqu’ils sont extrêmement abstraits : ligne, cercle, carré, triangle, point tangible, point invisible… Nous les retrouvons dans le parallélisme des coïts tantriques rituels de la « main gauche » et de la « main droite ».

Magnifié, l’amour génital exalte la vie. Il incarne et symbolise toute « friction unitive », tout embrasement créatif (l’allumage primitif du feu domestique ou sacrificiel, les rythmes respiratoires et autres danses, l’union féconde des opposés).

L’amour est sacré… »

 

Cet ouvrage différent sur le yoga, très bien construit, veut contribuer à un art de vivre, partant de l’expérience sensorielle pour retrouver intensité, créativité et beauté.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :