Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

L’esprit du Saint-Martinisme de Jean-Marc Vivenza. Editions La Pierre Philosophale, C3 Les Acacias, 17 avenue Eisenhower – 83400 Hyères, France.

www.lapierrephilosophale.com

 

Jean-Marc Vivenza rassemble dans ce gros volume un grand nombre d’articles et de travaux déjà publiés et diffusés sur différents supports, sur internet ou autre.

 

Ce livre sert essentiellement à justifier et soutenir le projet développé depuis plusieurs années par Jean-Marc Vivenza à travers la Société des Indépendants et la notion de « Saint-Martinisme » qu’il oppose à celle de « Martinisme », considéré sans grande nuance comme détourné si ce n’est dévoyé.

 

Il est dommage que Jean-Marc Vivenza s’exprime trop souvent « contre », créant, ou nourrissant, des polémiques stériles suite à des crispations dualistes alors que, par ailleurs, il diffuse une vraie matière pour la voie interne proposée par Louis-Claude de Saint-Martin. C’est à cette matière que nous allons nous intéresser.

 

La première partie de l’ouvrage retrace la vie de Louis-Claude de Saint-Martin et sa « carrière » spirituelle et initiatique.

La deuxième partie traite « Du Martinisme papusien au « Saint-Martinisme », débutant avec la société idéale imaginée par Saint-Martin, cette « Société des Indépendants » « ayant son séjour dans l’invisible, ne possédant pas de cadre et des contours définis en ce bas-monde, regroupant des âmes de désir sincères aspirant, avec sincérité, à la participation aux lumières célestes » pour terminer par l’organisation actuelle et  tangible d’une « Société des Indépendants » qui voudrait manifester l’esprit de celle envisagée par Saint-Martin. Nous en trouvons en annexe l’ordonnance de constitution au sein du Grand Prieuré des Gaules. Remarquons que la « Société des Indépendants » de Saint-Martin n’est pas sans rappeler la « Nouvelle Eglise » de son illustre prédécesseur Emmanuel Swedenborg. Là aussi, certains crurent bons de constituer dans la forme cette église intérieure, la New Church, aujourd’hui très active. Cependant, il est peu probable que Swedenborg aurait approuvé une telle tentative d’incarnation. Ce schéma commun et ambivalent se retrouve d’ailleurs avec la Rose-Croix idéale ou imaginale et ses nombreux avatars.

La troisième partie commence à rassembler cette matière dont nous parlions en insistant sur le procès identifié par Saint-Martin pour conduire au « nouvel homme » puis à « l’homme-esprit ». La prière se fait alors « théurgie véritable selon l’interne.

La quatrième partie est consacrée à Louis-Claude de Saint-Martin et la théurgie des Elus Coëns. Une nouvelle fois, Jean-Marc Vivenza appelle à rejeter la théurgie des Elus Coëns en s’appuyant sur les réticences de Saint-Martin énoncées à son sujet. L’affaire est plus complexe et mériterait un long développement qui n’a pas sa place ici. Jean-Marc Vivenza qui n’hésite pas à publier trois lettres de Robert Amadou en caution de son projet, qui n’en a nul besoin, ne dit mot de la reprise demandée avec insistance, dans les années 90, des opérations coëns, par Robert Amadou à des individus qui n’en avaient pas nécessité, car, disait-il, « il y a urgence ». Le même stigmatisait ceux qui, se disant coëns, n’opéraient pas. En effet, il est oublié dans ce faux débat sur la théurgie coën, que le culte servait moins au cheminement individuel qu’à l’équilibre spirituel global, vertical et horizontal, de l’humanité. Et, il était bien entendu que l’usage fait de la théurgie coën se faisait « faute de mieux ». Aujourd’hui, ceux qui invitent le plus souvent et raisonnablement les candidats à cette théurgie à se tourner vers des pratiques plus simples et plus directes sont les rares individus qui ont réalisé la totalité des opérations théurgiques des Elus coëns, les seuls à savoir de quoi il s’agit réellement et à pouvoir en parler.

 

Le reste de l’ouvrage est la partie la plus intéressante et la plus importante puisqu’elle met en perspective les écrits de Louis-Claude de Saint-Martin pour identifier la voie interne en ses paramètres et constituants : Saint-Martin et la question du sacerdoce de l’Eglise – Prière du Cœur et oraison intérieure selon Louis-Claude de Saint-Martin – Le rôle de la « grâce » dans la prière intérieure – Jacob Boehme, le « prince des philosophes divins », premier maître de Louis-Claude de Saint-Martin selon l’Esprit – L’essence métaphysique du « ministère de l’homme-esprit » - La doctrine de l’Eglise intérieure : réalité matérielle apparente et « voie » spirituelle du silence – La vie secrète de Dieu dans l’âme – « La conscience intérieure de Dieu, ou la révélation de la Présence divine.

 

Il y a en nous, écrit Jean-Marc Vivenza, une « conscience », c’est-à-dire un être pensant qui est, et lui seul, capable en ce monde de servir de reflet à la Divinité dont tout ce qui est et subsiste dans l’être provient et a reçu l’existence ; cette « conscience » est le témoignage vivant et sensible de la réalité de l’âme en nous, comme elle est appelée également, dans son « opération » propre, à devenir le signe manifesté de la « Source universelle » et le miroir de la présence divine (…)

Formons le vœu que de la connaissance de ces mystères intérieurs de l’âme, la lumière de la « Révélation » divine vienne illuminer tout notre être en plénitude, de sorte de former une seule « Unité » indéfectible, à chaque instant de notre vie spirituelle, avec l’éternelle source de la Vérité. »

 

Une fois écartés les inévitables adhérences dualistes, les pièges du langage et les idiosyncrasies de l’époque, la pensée de Louis-Claude de Saint-Martin recèle une remarquable voie directe, âpre et difficile mais aussi d’une rare beauté et d’une infinie profondeur. Jean-Marc Vivenza contribue largement, avec ce livre, à distinguer cette voie saint-martinienne pour s’y engager résolument.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :