Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Vivre en plénitude. Être des artisans de paix de John Martin Sahajananda. Les Deux Océans, 19 rue Saint-Séverin, 75005 Paris, France.

http://www.dervy-medicis.fr/

 

John Martin Sahajananda est un moine bénédictin de la confrérie des Camaldules. Il s’inscrit dans les pas du père Henri Le Saux (1910 - 1973). Il fut en effet directeur spirituel de l’ashram chrétien Shantivanam qu’Henri le Saux et Jules Monchanin fondèrent en Inde pour développer la vie érémitique et le dialogue inter-religieux. L’expérience originale de l’ashram Shantivanam est la démonstration d’une traversée sans violence des formes traditionnelles pour réaliser l’unité.

 

John Martin Sahajananda ne fait pas seulement dialoguer le christianisme et l’hindouisme, il met en évidence un essentiel qui anime les cultures traditionnelles et qui demeure, toujours disponible, quels que soient les contextes temporels et géographiques. Il propose un déploiement libéré des contingences. Son rapport à l’eucharistie illustre parfaitement le propos de ce livre :

« L’essence de l’eucharistie est l’amour radical de Dieu et l’amour radical du prochain. Jésus était l’eucharistie. En lui l’amour de Dieu et l’amour du prochain ont atteint leur plénitude. Quand il disait : « Le Père et moi sommes un », il révélait l’amour radical de Dieu. Quand il disait : «  Tout ce que vous faites au plus petit de mes frères et sœurs c’est à moi que vous le faites », il révélait l’amour radical du prochain. C’est l’invitation faite à tous de progresser dans l’amour radical de Dieu et l’amour radical du prochain. »

 

Pour John Martin Sahajananda, « Chaque action est eucharistie. » :

« Dans nos relations humaines, nous devons donner et recevoir. Ce que nous donnons aux autres devient notre corps et notre sang et tout ce que nous recevons des autres devient leur corps et leur sang. En ce sens toute notre vie devient célébration eucharistique. »

 

Contre une médiocre interprétation du message de Jésus Christ, interprétation qui divise les chrétiens, John Martin Sahajananda ne cesse de rappeler que « Jésus Christ est la paix » et que nous devons dissoudre ce qui sépare pour laisser venir cette paix. Au fil du livre, il indique les moyens d’une metanoïa indispensable pour renaître en Esprit. Il insiste sur le silence qui donne naissance à la plénitude :

« Le silence est la nature de notre soi véritable et il imprègne tout. Sa nature est de se déployer. Si notre mental arrête son bavardage continuel nous pouvons l’écouter. (…) Quand ce mouvement de l’ignorance et du désir prend fin, alors nous ouvrons la porte du silence. Dans ce silence, nous donnons naissance à la sagesse, à la plénitude, à la liberté et à l’amour. Notre vie devient une vie de déploiement. Le silence est le langage des sages. Tous les mots qui viennent d’eux ne sont que des invitations au silence. »

 

John Martin Sahajananda interroge de manière très fine la notion de réincarnation souvent réductrice et inscrite dans une illusion temporelle linéaire. Il aborde ainsi diverses notions comme «  la réincarnation en tant que répétition des expériences passées » ; la continuité physiologique » ; « la réincarnation du désir » ; « la réincarnation des âmes individuelles » ; « la réincarnation des lamas dans le bouddhisme » ; « la réincarnation des mémoires » ; « la réincarnation des systèmes de croyances »…

De même, il jette des regards multiples sur la résurrection : « Ressusciter signifie s’éveiller à l’éternité » ;  « Ressusciter signifie faire l’expérience de la Conscience universelle » ; « Ressusciter signifie expérimenter son unité avec Dieu » ; « Ressusciter signifie manifester la lumière divine dans son corps physique » ; « Ressusciter signifie transformer la création et la nature humaine en manifestation de Dieu » ;  « Ressusciter signifie voir le Royaume de Dieu dans tous les événements du quotidien » ; « Ressusciter signifie accepter tout ce qui arrive comme étant la volonté de Dieu » ; «  Ressusciter signifie transformer sa vie en vie de Dieu et ses actions en actions de Dieu » ; «  Ressusciter signifie transformer notre vie ordinaire en vie extraordinaire » ; «  Ressusciter c’est se libérer du passé et vivre dans un présent éternel ».

 

John Martin Sahajananda veille à respecter la singularité de chacun et à faire de cette singularité le chemin lui-même et la réalisation elle-même. Il y a beaucoup d’apaisement et de liberté tranquille dans son propos. Conscient des limites des mots, il les assemble toutefois pour en faire un baume libérateur.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :