Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maître d’Equerre par Didier Mansuy. Editions Dervy, 19 rue Saint-Séverin, 75005 Paris, France.

http://www.dervy-medicis.fr/

 

Didier Mansuy a rédigé un Petit livret à l’usage des Maîtres qui s’accomplissent. Ce sous-titre annonce le processus initiatique générateur de changement interne dans lequel est engagé le maître, et pour longtemps.

 

« Le troisième degré, dit-il, le grade de maître, réalise une coupure définitive entre la maçonnerie de métier des deux premiers degrés et la maçonnerie des futurs hauts grades, dont la maîtrise constitue la racine. Les maçons qui choisissent de ne pas se contenter d’un mot sacré tout simplement « substitué » et qui partent à la recherche de la parole perdue, ce qui peut signifier la connaissance mais pas seulement, trouvent dans les degrés du rite tout le sens de la démarche ésotérique et spirituelle. »

 

Dans le cadre du Rite Ecossais Ancien et Accepté, il s’agit d’établir le « Saint-Empire de l’esprit » et cela passe par un total lâcher-prise, suggère très justement l’auteur.

 

« Afin de réussir à s’améliorer, le maçon a besoin de recueillement et de vide sur soi, en soi, du vide existentiel de la contemplation et de l’action. Ce vide qui s’insinue partout dans les interstices de l’être pour le temporiser et le modérer tout en lui apportant calme et distanciation : dans ces espaces précisément, sa lumière doit pénétrer pour vaincre les ténèbres qui entourent tout et s’insinuent en tout s’il n’y prend garde. Dans la profondeur des conflits, ce vide, le rite le met en évidence par des manifestations nombreuses, mais pas complètement explicites ou à des moments choisis… »

 

Ce dont nous parle Didier Mansuy, c’est du REAA comme voie d’éveil. Il a saisi, et c’est suffisamment rare pour le signaler, quel est l’enjeu et quel rapport au rite permet de le mettre en œuvre.

Il parcourt le rite et surtout le grade de maître avec le lecteur afin d’établir ce rapport initiatique avec les objets du rite (paroles, gestes, décors…). Exemple avec la batterie :

 

« La batterie est bien sûr réalisée par un mouvement des mains allant du ciel vers la terre, ce n’est pas un applaudissement : elle représente la liaison entre transcendance et immanence. »

 

En allant chercher dans les détails du rite autant de supports à la présence, il permet au maître de construire opérativement cette Chambre du Milieu, référence à l’axialité ou verticalité, qui devrait être désormais sa demeure, unique accès à la Chambre Haute de l’esprit.

Didier Mansuy va parfois chercher dans les traditions de l’Egypte antique, les éléments de compréhension du rite. Les mythèmes ont en effet glissés à travers les temps et les cultures pour continuer de signifier et d’opérer.

 

« Le maçon ne laisse rien passer, et ne cède jamais à la facilité. Il doit grandir pour soi, par soi, vers soi, car soi est le retour à la Lumière principielle, celle qui éclaire tout car Elle est ! C’est en soi que se trouvent les réponses et les solutions à toutes choses puisque l’esprit est descendu sur chaque homme par la manifestation de la Parole issue du Verbe créateur que le Christ a transmise à tous les hommes en commençant par les apôtres puis en envoyant son Paraclet à tous. »

 

Un bel essai.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :