Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les langages symboliques de l’ésotérisme maçonnique par Pierre Pelle Le Croisa ? Editions Dervy, 19 rue Saint-Séverin, 75005 Paris, France.

http://www.dervy-medicis.fr/

 

Pierre Pelle Le Croisa nous offre une somme considérable, fruit de nombreuses années de travail.

Considérant que « le symbole est une analogie, c’est-à-dire une association entre deux pensées que l’imagination met en correspondance grâce au langage », il consacre son étude à la symbolique des langages maçonniques.

Il distingue six degrés de connaissance par le symbole. « Le premier degré est celui où le symbole se présente comme une valeur commune de sens. » Dans un deuxième degré, les « accords de sens vont conduire à des échanges d’idées (les concepts) sur des images tacites (elles n’ont plus besoin d’être visibles) ». Lorsque nous utilisons des symboles porteurs de multiples pensées potentielles nées de leurs définitions et de leurs valeurs, nous investissons le troisième degré. Leurs combinaisons introduisent au quatrième degré. Quand le symbole visible devient le vecteur d’accès à l’invisible, nous sommes dans le cinquième degré et pénétrons le champ de la spiritualité. Le sixième degré naît sous le seuil de la conscience des actions conjointes de la sensation, l’intuition, l’imagination et la raison.

« Dans ce sixième degré de la connaissance, nous dit l’auteur, nous sommes passés de la vue de l’être, de celui qui voit avec les yeux, qui perçoit le visible (la combinaison de l’équerre et du compas), à l’être visionnaire, à celui qui voit avec le cœur et l’esprit, qui conçoit l’invisible (d’un autre symbole implicite, qui porte en lui aussi, avec une multitude de concepts, tout un éventail de sens et de valeurs). Nous sommes passés du spirituel à l’imaginal… »

 

Pierre Pelle Le Croisa avoue qu’il a longuement étudié l’ésotérisme, lu beaucoup de livres et qu’il ne lui en reste pas grand-chose. Il aurait fallu lui expliquer effectivement que l’ésotérisme est une pratique et non une lecture, ni même une étude. Par contre, il note avec justesse la difficulté à traiter de l’ésotérisme. On lui substitue en général l’histoire des ésotéristes, plus accessible. Son objectif avec ce livre est de donner une vision globale de l’ésotérisme maçonnique en étudiant les textes et tout d’abord les rituels et les instructions, pour en extraire un langage ésotérique. Sa méthode va du général au particulier. Il étudie tout d’abord l’ésotérisme de la doxa maçonnique avant de clarifier les notions d’ésotérisme, hermétisme, occultisme puis de distinguer les champs d’étude de l’ésotérisme. Il raccroche ainsi les courants ésotériques aux soixante-dix-sept thèmes principaux des champs d’études et écarte ainsi les références aux personnalités. Il abandonne l’entrée chronologique pour chercher comment opèrent les combinaisons et associations des différentes figures et définir de grands ensembles : « La spiritualisation de la matière, ou : Du Dieu de la nature à l’homme de la culture » ; « La matérialisation de l’esprit, ou : De l’homme de culture à la nature de Dieu ».

 

Le grand, très grand intérêt de ce travail est d’aller systématiquement à la source, rejetant ainsi les commentaires recopiés. Il appartiendra au lecteur de conclure sur l’intérêt de la double entreprise de l’auteur : démystifier et clarifier l’ésotérisme. Les derniers mots de Pierre Pelle Le Croisa permettent d’avancer que c’est au regard de notre intériorité que nous pourrons mesurer l’intérêt réel de ce livre (l’intérêt culturel est indéniable). Nous rapproche-t-il de nous –même, de notre réalité ? Une aventure à tenter.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :