Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Lettre du Crocodile

La Lettre du Crocodile

Chroniques littéraires dans les domaines de l'initiation, des philosophies de l'éveil et des avant-gardes : Franc-maçonnerie, hermétisme, bouddhisme, shivaïsme, surréalisme, pensée contemporaine...


Jung animiste

Publié le 11 Août 2016, 13:23pm

Jung animiste

Jung animiste ? Psyché et nature par Antoine Fratini, Editions Entrelacs.

Parmi les pères de la psychanalyse, C.G. Jung fut le seul à faire pont entre les traditions et une démarche clinique moderne.

Antoine Fratini, psychanalyste, anime un blog sur le psychoanimisme et explore les alliances possibles entre animisme et psychanalyse. Considérant l’animisme, entendu selon Edward Burnett Tylor comme « une conception du monde basée sur la croyance en l’existence d’un principe vital animant toute chose », telle la matrice des systèmes religieux et traditionnels, Antoine Fratini, dans les pas de Jung, réinvestit le monde perçu.

« L’approche psychoanimiste précise-t-il, se fonde sur certains principes fondateurs. Le premier affirme que l’inconscient fonctionne selon des modalités proprement animistes. Le second soutient que les deux mécanismes inconscients primordiaux isolés par la psychanalyse, la projection et l’identification, ne représentent pas des accidents liés aux stades de développement psycho-sexuel ou à certaines situations particulières de l’existence, mais de véritables capacités de se mettre en lien avec le Soi profond et avec le monde. »

Nous voyons tout l’intérêt de cette démarche qui écarte les poncifs freudiens réducteurs qui ont tant nuit à une véritable exploration de la psyché telle que les courants traditionnels le proposent depuis l’Antiquité. Antoine Fratini introduit deux concepts pertinents, ceux d’inconscient animiste et de participation animiste. « Le premier, dit-il, se rapporte à la nature la plus profonde, originelle, de l’inconscient comme sédimentation culturelle, au-delà duquel il est possible d’avancer uniquement par des raisonnements spéculatifs. Ce que l’on constate en observant l’humanité ce sont des comportements et des formes de pensées qui renvoient directement et clairement à l’animisme, tandis que la notion d’archétype, par ailleurs extrêmement importante tant en psychanalyse qu’en anthropologie et sociologie, naît par inférence, de la comparaison de mythologèmes (structures symboliques sous-jacentes aux mythes). Le second concept définit un type particulier d’attitude psychologique basé sur l’intime interpénétration réalisée entre les mondes intérieurs et extérieur, attitude particulièrement stimulée par le rapport étroit et constant avec l’environnement naturel. »

L’ouvrage est composé de deux parties. Dans la première partie, Théorie et pratique de la psychanalyse animiste, l’auteur développe le modèle théorique psychoanimiste en l’illustrant par des vignettes cliniques. La seconde partie traite des relations entre psychoanimisme et écologie. En effet, comment explorer l’intimité entre la psyché et la nature sans aborder la question de l’écologie, individuelle, locale, planétaire. Il s’agit de renouveler ou restaurer, totalement ou partiellement, une ancienne alliance, peut-être originelle.

« Il faut bien comprendre conclut Antoine Fratini, que l’homme des origines n’a pas trouvé dans la nature uniquement de quoi assouvir ses exigences de survie. Il y a également découvert la source intarissable de son énergie spirituelle, c’est-à-dire de son inconscient le plus profond. Ainsi, la figure de l’animal sauvage devrait être, à mon avis, interprétée préférentiellement, non pas comme représentation d’une quantité de libido ou d’une partie inférieure de la personnalité, mais plutôt comme le symbole d’une partie inconsciente intimement ancrée dans la nature et renvoyant à des capacités supérieures qui nous demeurent encore et grande partie mystérieuses. Il paraît même souhaitable de s’interroger sur la véritable possibilité d’une quelconque réalisation du Soi en l’absence d’un rapport intense et approfondit avec la nature. Pour la culture animiste comme pour Jung, c’est donc avant tout par une imagination de la nature que la conscience peut se mettre en relation avec l’inconscient. »

Toute réalisation du Soi, ou Eveil, peu importe le mot utilisé, ne saurait en effet tolérer une exclusion quelconque, l’expérience est totalement inclusive et intègre de manière privilégiée la nature.

Editions Entrelacs, 19 rue Saint-Séverin, 75005 Paris.

www.dervy-medicis.fr

Site d’Antoine Fratini :

https://psychoanimisme.wordpress.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents